COMPTABILITE GENERALE

Le système Classique

Certes ce système, traditionnel, est, par maints côtés, archaïque car il repose sur une conception liée à l’état antérieur de l’avènement de la technologie. Malgré son caractère archaïque, le procédé est à connaître pour les raisons suivantes :

Il met en évidence trois types de documents comptables différents et intéressants à savoir : le journal, le grand livre et la balance ;

  • Il est toujours à la base des « système » actuels, plus modernes et permet d’en comprendre les avantages et l’évolution ;
  • D’un point de vue pédagogique, son utilisation reste importante ; La comptabilité ne permet pas d’inscrire les mouvements directement dans les comptes car les risques d’erreur seraient considérables (multitudes de comptes) : elle utilise un relais qui est le journal.

On enregistre d’abord les opérations, jour par jour, dans ce journal établi à partir des document de base (factures, pièces de caisse, bordereaux et avis bancaires,…). L’absence ou l’insuffisance de pièces justificatives peut faire mettre en doute la valeur probante de la comptabilité.

Ensuite (chaque jour ou chaque semaine), les opérations sont reportées dans les comptes dont l’ensemble forme le grand livre. A partir de ce dernier sont établies, périodiquement (mois, trimestre, semestre,…), des balances qui ont surtout un rôle de contrôle et de vérification.

Les contrôles fournis par le système classique

  • Totalisation du « journal » : l’analyse des opérations dans le journal comportant tous les mouvements DEBITS ET CREDITS, il est facile de faire systématiquement le total des mouvements débits et crédits dans le journal et de s’assurer de leur égalité.
  • Comptes du Grand Livre : ces comptes sont tenus en DEBITS, CREDITS ET SOLDES. Vu le nombre des opérations comptables, il n’est pas facile de vérifier l’égalité des totaux des débits et des crédits, en revanche, cela est fait dans la balance générale.
  • Balance générale : dès lors que tous les comptes ouverts dans l’entreprise y figurent. La vérification porte sur deux égalités (balance à 4 colonnes), ou sur trois égalités (balances à 6 colonnes).
    En outre la balance fournit un contrôle supplémentaire : le total des mouvements figurant dans la balance doit être égal à celui du journal (colonne des mouvements).

1- LE LIVRE JOURNAL
1.1-Le livre journal : une obligation pour les entreprises

Les documents comptables et les pièces justificatives sont conservés pendant 10ans.

Les documents comptables relatifs à l’enregistrement des opérations et à l’inventaire sont établis et tenus sans blanc ni altération d’aucune sorte.

1.2- Le livre-journal : une mémoire comptable pour les entreprises

Le livre-journal constitue la mémoire comptable de l’entreprise. Il est riche en informations relatives à la vie de l’entreprise.

Chaque article du journal inscrit les opérations effectuées et donne les indications suivantes :

  • La date de l’opération ;
  • Le numéro et le nom du compte débité ;
  • Le numéro et le nom du compte crédité ;
  • La référence aux documents de base (appelée libellé) ;
  • Le montant de l’opération ;
  • A la fin de chaque page, on additionne les montants débits et les montants crédits qui doivent être égaux. Les totaux obtenus sont reportés en haut de la page suivante.

1.3- Présentation du journal

2- LE GRAND LIVRE

La loi n° 9-88 précise dans son article 2 que « les écritures du livre journal sont reportées sur un registre dénommé « grand livre » ayant pour objet de les enregistrer selon le plan de comptes du commerçant.

Le plan de comptes doit comprendre les classes de comptes de situation, les classes de comptes de gestion et les classes de comptes spéciaux… ».

Le grand livre est, donc, un registre où sont enregistrées toutes les écritures du livre journal dans les comptes tels qu’ils sont définis par le plan de comptes.

Les comptes du Grand livre portent des numéros et sont classés selon l’ordre du PCGE (comptes de la classe 1 ……….comptes de la classe 8).

Le Grand livre peut se présenter sous forme :

  • De fiches cartonnées dans un bac ou dans un classeur.
  • De feuillets mobiles insérés dans une reliure : chaque compte est tenu sur un feuillet indépendant.
  • D’un registre : pour chaque compte sont réservés quelques feuillets.

2.1- Reports

Chaque écriture au journal est reportée dans les comptes du GL de manière quotidienne si possible.

Les mentions devant apparaître au GL sont les suivantes :

  • La date ;
  • Le folio du journal où figure l’écriture reportée ;
  • Le nom du compte de contrepartie ou son numéro ;
  • Le libellé explicatif :
  • La somme.

Aucune inscription ne doit être portée sur un compte au grand livre avant d’être enregistrée au livre journal.

3- LA BALANCE

La balance des comptes constitue le prolongement du grand livre.

Elle est en quelque sorte un résumé de ce dernier. Les informations du Grand livre sont reprises, selon un classement ordonné, en fonction de la numérotation du plan comptable, de tous les comptes qui figurent au Grand livre.

Pour chaque compte sont repris les soldes de début de période, les mouvements de la période et le solde de fin de période. Le bilan, à la fin d’une période, est dressé en partant des soldes de fin de période des comptes de situation (classes de 1 à 5) de la balance établie à la fin de cette période.

La balance comporte tous les comptes, y compris ceux qui sont soldés en fin de période.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *