COMPTABILITE GENERALE

PRINCIPAUX POSTES DE PRODUITS

On appelle produits, les différents gains acquis par l’entreprise. Ils augmentent par le crédit des comptes concernés et diminuent par leur débit.

En vertu du principe de prudence, les produits ne sont à prendre en compte que si deux conditions de caractère général sont remplies :

  • Etre mesurés de façon suffisamment sûre ;
  • Etre fondés sur l’existence préalable d’un accord, d’un contrat ou d’une situation assimilable (par exemple commande interne pour une livraison à soi-même)

A/ – LES PRODUITS D’EXPLOITATION :

Un produit d’exploitation est la contrepartie monétaire d’une marchandise vendue ou d’un produit (bien ou service) créé par l’entreprise. Ils s’expriment soit en prix de vente lorsqu’il correspond à une marchandise ou à un produit vendu à un tiers, soit en coût calculé à un niveau approprié s’il correspond à un produit stocké ou créé par l’entreprise pour elle-même.

L’essentiel des produits d’exploitation d’une entreprise provient de ses ventes, appelés communément chiffre d’affaires.

Dans le classement comptable établi par le PCGE, les produits d’exploitation sont enregistrés dans la rubrique 71 selon leur nature économique :

711 Ventes de marchandises
712 Ventes de biens et services produits
713 Variation des stocks de produits
714 Immobilisations produites par l’entreprise pour elle-même qui sont enregistrées à leur coût de production ;
716 Subventions d’exploitation
718 Autres produits d’exploitation : jetons de présence reçues par l’entreprise au titre des fonctions d’administrateur qu’elle assure auprès de SA dans lesquelles elle est actionnaire, revenus d’immeuble non affectés à l’exploitation, etc.

B/ – LES PRODUITS FINANCIERS :

Les comptes de produits financiers sont destinés à enregistrer les produits se rapportant à l’activité financière de l’entreprise et ayant un caractère courant. Ces produits peuvent provenir de diverses sources :

  • Participation dans des sociétés filiales dans lesquelles l’entreprise recherche en général, audelà d’un simple revenu, un intérêt stratégique lié à son activité propre, et qui répond à des préoccupations de nature commerciale, industrielle ou technologique (compte 7321).
  • Placement à plus ou moins d’un an d’échéance sous forme d’obligations, bons de caisse et autres titres d’emprunts ainsi que des actions représentatives d’une partie de capitaux de sociétés anonymes (compte 7325).
  • Dépôts à terme auprès d’organismes bancaires et de crédit ainsi que les prêts et avances consentis à d’autres personnes physiques et morales (poste 738).

En sus de ces revenus, les produits financiers englobent également les gains de change (poste 733) définitivement réalisés par l’entreprise ainsi que les escomptes de règlement obtenus des fournisseurs et les reprises financières (poste 739) qui constituent des compléments de produits financiers.

C/ – LES PRODUITS NON COURANTS :

Les comptes de produits non courants sont destinés à enregistrer les produits ne se rapportant ni à l’exploitation normale, ni à l’activité financière de l’entreprise, et ayant par conséquent un caractère non récurrent. Ils sont inscrits dans les postes suivants :

751 Produits de cessions d’immobilisations : les comptes de ce poste enregistrent le prix de cessions des immobilisations cédées par l’entreprise soit en cours soit en fin d’exploitation, totalement ou partiellement amorties.

756 Subventions d’équilibre : ce sont les subventions accordées par l’Etat et les collectivités publiques à l’entreprise pour contrebalancer la perte globale que dégage l’activité courante avant l’inscription de la subvention ; la vocation de celle-ci étant par conséquent d’assurer l’équilibre entre les produits et les charges de l’entreprise.

758 Autres produits non courants : pénalités et dédits reçus, rentrées de créances soldées, dons, libéralités et lots reçus…

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *